To the water protectors:

We write to you from the zad of Notre Dame des Landes in France, a zone in struggle against an infrastructural project imposed by the State to make profit for a multinational corporation. Seven years ago, some resisting inhabitants launched a callout to occupy the land and abandoned houses. In coming to live here where an airport is planned, our desires are multiple: living in a territory in struggle, to be able to act quickly against construction, to learn to live together, to cultivate the land, to be more autonomous in relation to the capitalist system and many others.

We followed from far away the most recent evictions and repression of people resisting on unceded territory. We want to send our solidarity to all who oppose the pipeline and who continue to struggle despite the efforts of leaders (whether of the State or self assigned decision makers of the movement) to break the resistance with pacification and negotiation.

For us, the labels violent/non-violent are irrelevant, we consider that it’s a diversity of tactics and people that make things strong and that no matter what, the violence always originates with the colonialist, capitalist State.

It’s important for us to reaffirm our support particularly at a moment when you are experiencing strong repression. Organizing against this repression is part of all struggles that become threatening to structures of power. In our struggle we’ve found strength in practices of anti-repression, and have seen that organizing in opposition to it can be a way to strengthen links- within the struggle and with other struggles- and participate in making the movement more resistant and sustainable. We want to make public our solidarity with all those who are passing under the steamroller of the justice system.

Against white supremacy and all oppressions
Against the destruction of water and land
Against repression
No DAPL.

Some people from the zad

————————————————————————————————

Au protectrices et protecteurs de l’eau.

On vous écrit depuis la ZAD de Notre-dame des Landes en France, une zone en lutte contre un projet d’infrastructure imposée par l’état au bénéfice d’une multinational. Il y a huit ans, des habitants résistant ont lancé un appel à venir occuper les terres et maisons abandonnées.

Nos désirs, en venant habiter sur l’emplacement prévu de l’aéroport, sont multiples : habiter sur un territoire en lutte ; pouvoir agir en temps de travaux ; apprendre à vivre ensemble, à cultiver la terre, à être plus autonomes vis à vis du système capitalist et bien d’autres encore.

On a suivi de loin les dernières expulsions vécues par les militant.e.s sur les terres non-cédées. Nous souhaitons apporter notre solidarité à toutes les personnes qui s’opposent au pipe-line et qui continuent à lutter malgrè des tentatives de dirigeants, qu’ils soient de l’état ou chefs de mouvement « autodésignés », de casser la lutte par la pacification et la négociation.

Pour nous, les étiquettes violence/non violence ne font pas sens, nous considérons que c’est la diversité des personnes et des tactiques qui rend fort et que quoi qu’il arrive la violence est toujours du côté d’un état capitaliste et colonisateur.

Il nous parrait important de réaffirmer notre soutien particulièrement à un moment où vous subissez une forte répression.

S’organiser face à cette répression est partie prenante de toute lutte qui devient menaçante.
Dans notre lutte nous avons pu trouver de la force au travers de pratiques d’anti-répression, et nous avons vu que s’organiser autour d’elle peut être un moyen de renforcer les liens – au sein même de la lutte et avec d’autres résistances – et participer à rendre le mouvement durable.

Nous voulons afficher notre solidarité avec celles et ceux qui passent sous le rouleau compresseur de la justice.

Contre le suprématisme blanc et toutes les oppressions,
Contre la destruction des ressources naturelles,
Contre la repression,
No DAPL.

Des habitant-e-s de la zad



Liked it? Take a second to support It's Going Down!